Ce document est une retranscription non officielle du programme de physique-chimie de seconde générale et technlogique applicable à la rentrée 2019. La version officielle est consultable sur eduscol.

Préambule

Objectifs de formation

Dans la continuité du collège, le programme de physique-chimie de la classe de seconde vise à faire pratiquer les méthodes et démarches de ces deux sciences en mettant particulièrement en avant la pratique expérimentale et l'activité de modélisation. L'objectif est de donner aux élèves une vision intéressante et authentique de la physique-chimie.

Le programme accorde une place importante aux concepts et en propose une approche concrète et contextualisée. Il porte l'ambition de permettre aux élèves d’accéder à une bonne compréhension des phénomènes étudiés et de leur faire percevoir la portée unificatrice et universelle des lois et concepts de la physique-chimie. La démarche de modélisation occupe une place centrale dans l'activité des physiciens et des chimistes pour établir un lien entre le « monde » des objets, des expériences, des faits et le « monde » des modèles et des théories. Aussi, l'enseignement proposé s'attache-t-il à introduire les principaux éléments constitutifs de cette démarche, tels que : simplifier la situation initiale ; établir des relations entre grandeurs ; choisir un modèle adapté pour expliquer des faits ; effectuer des prévisions et les confronter aux faits ; recourir à une simulation pour expérimenter sur un modèle ; choisir, concevoir et mettre en œuvre un dispositif expérimental pour tester une loi.

Une telle approche, dans laquelle le raisonnement occupe une place centrale, permet de construire une image fidèle de ce que sera un enseignement de physique-chimie proposé en cycle terminal ou au-delà, dans une formation post-baccalauréat. Le programme de seconde permet ainsi à tous les élèves de formuler des choix éclairés en matière de parcours de formation en classe de première générale ou technologique et de suivre avec profit l’enseignement scientifique proposé dans le tronc commun de formation du cycle terminal de la voie générale.

Organisation du programme

Une attention particulière est portée à la continuité avec les enseignements des quatre thèmes du collège. Ainsi, le programme de seconde est-il structuré autour de trois de ces thèmes : « Constitution et transformations de la matière », « Mouvement et interactions » et « Ondes et signaux ». Le quatrième, « L’énergie : conversions et transferts », est abordé dans le cadre de l’étude des transformations de la matière. Ces thèmes permettent de traiter de nombreuses situations de la vie quotidienne et de contribuer à un dialogue fructueux avec les autres disciplines scientifiques. Ils fournissent l’opportunité de faire émerger la cohérence d'ensemble du programme sur plusieurs plans :

  • notions transversales (modèles, variations et bilans, réponse à une action, etc.);
  • notions liées aux valeurs des grandeurs (ordres de grandeur, mesures et incertitudes, unités, etc.);
  • dispositifs expérimentaux et numériques (capteurs, instruments de mesure, microcontrôleurs, etc.);
  • notions mathématiques (situations de proportionnalité, grandeurs quotient, puissances de dix, fonctions, vecteurs, etc.) ;
  • notions en lien avec les sciences numériques (programmation, simulation, etc.).

Dans l'écriture du programme, chaque thème comporte une introduction spécifique indiquant les objectifs de formation, les domaines d’application et un rappel des notions abordées au collège. Elle est complétée par un tableau en deux colonnes identifiant, d’une part, les notions et contenus à connaître, d’autre part, les capacités exigibles ainsi que les activités expérimentales supports de la formation. Par ailleurs, des Capacités mathématiques et numériques sont mentionnées ; le langage de programmation conseillé est le langage Python. La présentation du programme n’impose pas l’ordre de sa mise en œuvre par le professeur, laquelle relève de sa liberté pédagogique.

Les compétences travaillées dans le cadre de la démarche scientifique

Les compétences retenues pour caractériser la démarche scientifique visent à structurer la formation et l’évaluation des élèves. L’ordre de leur présentation ne préjuge en rien de celui dans lequel les compétences seront mobilisées par l’élève dans le cadre d’activités. Quelques exemples de capacités associées précisent les contours de chaque compétence, l’ensemble n’ayant pas vocation à constituer un cadre rigide.

Compétences

Quelques exemples de capacités associées

S’approprier

  • Énoncer une problématique.
  • Rechercher et organiser l’information en lien avec la problématique étudiée.
  • Représenter la situation par un schéma.

Analyser /Raisonner

  • Formuler des hypothèses.
  • Proposer une stratégie de résolution.
  • Planifier des tâches.
  • Évaluer des ordres de grandeur.
  • Choisir un modèle ou des lois pertinentes.
  • Choisir, élaborer, justifier un protocole.
  • Faire des prévisions à l'aide d'un modèle.
  • Procéder à des analogies.

Réaliser

  • Mettre en œuvre les étapes d’une démarche.
  • Utiliser un modèle.
  • Effectuer des procédures courantes (calculs, représentations, collectes de données, etc.).
  • Mettre en œuvre un protocole expérimental en respectant les règles de sécurité.

Valider

  • Faire preuve d’esprit critique, procéder à des tests de vraisemblance.
  • Identifier des sources d’erreur, estimer une incertitude, comparer à une valeur de référence.
  • Confronter un modèle à des résultats expérimentaux.
  • Proposer d’éventuelles améliorations de la démarche ou du modèle.

Communiquer

À l’écrit comme à l’oral :

  • présenter une démarche de manière argumentée, synthétique et cohérente ;
  • utiliser un vocabulaire adapté et choisir des modes de représentation appropriés ;
  • échanger entre pairs.

Le niveau de maîtrise de ces compétences dépend de l’autonomie et de l’initiative requises dans les activités proposées aux élèves sur les notions et capacités exigibles du programme. La mise en œuvre des programmes doit aussi être l’occasion d’aborder avec les élèves la finalité et le fonctionnement de la physique-chimie, des questions civiques mettant en jeu la responsabilité individuelle et collective, la sécurité pour soi et pour autrui, l’éducation à l’environnement et au développement durable.

Repères pour l’enseignement

Le professeur est invité à :

  • privilégier la mise en activité des élèves en évitant tout dogmatisme ;
  • permettre et encadrer l'expression des conceptions initiales ;
  • valoriser l’approche expérimentale;
  • contextualiser les apprentissages pour leur donner du sens ;
  • procéder régulièrement à des synthèses pour expliciter et structurer les savoirs et savoir-faire et les appliquer dans des contextes différents ;
  • tisser des liens aussi bien entre les notions du programme qu’avec les autres enseignements notamment les mathématiques, les sciences de la vie et de la Terre et l’enseignement « Sciences numériques et technologie » ;
  • favoriser l'acquisition d'automatismes et développer l'autonomie des élèves en proposant des temps de travail personnel ou en groupe, dans et hors la classe.

Dès qu’elle est possible, une mise en perspective des savoirs avec l’histoire des sciences et l’actualité scientifique est fortement recommandée.

Mesure et incertitudes

En classe de seconde, l’objectif principal est de sensibiliser l'élève, à partir d'exemples simples et démonstratifs, à la variabilité des valeurs obtenues dans le cadre d’une série de mesures indépendantes d’une grandeur physique. L’incertitude-type fournit alors une estimation de l’étendue des valeurs que l’on peut raisonnablement attribuer à la grandeur physique.

Les activités expérimentales proposées visent aussi à sensibiliser l’élève à l’influence de l’instrument de mesure et du protocole choisi sur la valeur de l’incertitude-type.

Lorsque cela est pertinent, la valeur mesurée sera comparée avec une valeur de référence afin de conclure qualitativement à la compatibilité ou à la non-compatibilité entre ces deux valeurs.

Notions et contenus

Capacités exigibles

Variabilité de la mesure d’une grandeur physique.

Exploiter une série de mesures indépendantes d’une grandeur physique : histogramme, moyenne et écart-type.

Discuter de l’influence de l’instrument de mesure et du protocole.

Évaluer qualitativement la dispersion d’une série de mesures indépendantes.

Capacité numérique : Représenter l’histogramme associé à une série de mesures à l’aide d’un tableur.

Incertitude-type.

Expliquer qualitativement la signification d’une incertitude-type et l’évaluer par une approche statistique.

Écriture du résultat. Valeur de référence.

Écrire, avec un nombre adapté de chiffres significatifs, le résultat d’une mesure. Comparer qualitativement un résultat à une valeur de référence. de données, etc.).

Contenus disciplinaires

Constitution et transformations de la matière

1. Constitution de la matière de l’échelle macroscopique à l’échelle microscopique

L’objectif de cette partie est d’aborder les deux échelles de description de la matière qui vont rendre compte de ses propriétés physiques et chimiques. Les concepts d’espèce et d’entité chimique introduits au collège sont ainsi enrichis.

L’espèce chimique est au centre de la description macroscopique de la matière et permet de définir et de caractériser les corps purs et les mélanges, dont les solutions aqueuses. Une approche quantitative est abordée avec la notion de composition d’un mélange et de concentration en masse (essentiellement exprimée en g.L1g.L^{-1}) d’un soluté dans une solution aqueuse.

Au niveau atomique, la description des entités chimiques est complétée par les ordres de grandeur de taille et de masse de l’atome et du noyau et par le modèle du cortège électronique pour les trois premières lignes de la classification périodique. La stabilité des gaz nobles, associée à leur configuration électronique, permet de rendre compte de l’existence d’ions monoatomiques et de molécules. En seconde, les schémas de Lewis sont fournis et interprétés. Le changement d’échelle entre les niveaux macroscopique et microscopique conduit à une première approche de la quantité de matière (en moles) dans un échantillon de matière en utilisant la définition de la mole, une mole contenant exactement 6,022 140 76×10236,022~140~76 \times 10^{23} entités élémentaires.

Une place essentielle est accordée à la modélisation, que ce soit au niveau macroscopique ou au niveau microscopique, à partir de systèmes réels choisis dans les domaines de l’alimentation, de l’environnement, de la santé, des matériaux, etc.

Notions étudiées au collège (cycle 4)

Échelle macroscopique : espèce chimique, corps purs, mélanges, composition de l’air, masse volumique, propriétés des changements d’état, solutions : solubilité, miscibilité.

Échelle microscopique : molécules, atomes et ions, constituants de l’atome (noyau et électrons) et du noyau (neutrons et protons), formule chimique d’une molécule, formules O2O_2, H2H_2, N2N_2 , H2OH_2O, CO2CO_2.

A) Description et caractérisation de la matière à l’échelle macroscopique

Notions et contenus

Capacités exigibles Activités expérimentales support de la formation

Corps purs et mélanges au quotidien.

Espèce chimique, corps pur, mélanges d’espèces chimiques, mélanges homogènes et hétérogènes.

Citer des exemples courants de corps purs et de mélanges homogènes et hétérogènes.

Identification d’espèces chimiques dans un échantillon de matière par des mesures physiques ou des tests chimiques.

Identifier, à partir de valeurs de référence, une espèce chimique par ses températures de changement d’état, sa masse volumique ou par des tests chimiques.

Citer des tests chimiques courants de présence d’eau, de dihydrogène, de dioxygène, de dioxyde de carbone.

Citer la valeur de la masse volumique de l’eau liquide et la comparer à celles d’autres corps purs et mélanges. Distinguer un mélange d’un corps pur à partir de données expérimentales.

Mesurer une température de changement d’état, déterminer la masse volumique d’un échantillon, réaliser une chromatographie sur couche mince, mettre en œuvre des tests chimiques, pour identifier une espèce chimique et, le cas échéant, qualifier l’échantillon de mélange.

Composition massique d’un mélange.

Composition volumique de l’air.

Citer la composition approchée de l’air et l’ordre de grandeur de la valeur de sa masse volumique.

Établir la composition d’un échantillon à partir de données expérimentales.

Mesurer des volumes et des masses pour estimer la composition de mélanges.

Capacité mathématique : utiliser les pourcentages et les fractions.

Les solutions aqueuses, un exemple de mélange.

Solvant, soluté.

Concentration en masse, concentration maximale d’un soluté.

Identifier le soluté et le solvant à partir de la composition ou du mode opératoire de préparation d’une solution.

Distinguer la masse volumique d’un échantillon et la concentration en masse d’un soluté au sein d’une solution.

Déterminer la valeur de la concentration en masse d’un soluté à partir du mode opératoire de préparation d’une solution par dissolution ou par dilution.

Mesurer des masses pour étudier la variabilité du volume mesuré par une pièce de verrerie ; choisir et utiliser la verrerie adaptée pour préparer une solution par dissolution ou par dilution.

Dosage par étalonnage.

Déterminer la valeur d’une concentration en masse et d’une concentration maximale à partir de résultats expérimentaux.

Déterminer la valeur d’une concentration en masse à l’aide d’une gamme d’étalonnage (échelle de teinte ou mesure de masse volumique).

Capacité mathématique : utiliser une grandeur quotient pour déterminer le numérateur ou le dénominateur.

B)Modélisation de la matière à l’échelle microscopique

Notions et contenus

Capacités exigibles Activités expérimentales support de la formation

Du macroscopique au microscopique, de l’espèce chimique à l’entité.

Espèces moléculaires, espèces ioniques, électroneutralité de la matière au niveau macroscopique.

Définir une espèce chimique comme une collection d’un nombre très élevé d’entités identiques.

Exploiter l’électroneutralité de la matière pour associer des espèces ioniques et citer des formules de composés ioniques.

Entités chimiques : molécules, atomes, ions.

Utiliser le terme adapté parmi molécule, atome, anion et cation pour qualifier une entité chimique à partir d’une formule chimique donnée.

Le noyau de l’atome, siège de sa masse et de son identité.

Numéro atomique, nombre de masse, écriture conventionnelle : ZAX{}^A_ZX ou AX{}^AX.

Élément chimique.

Masse et charge électrique d’un électron, d’un proton et d’un neutron, charge électrique élémentaire, neutralité de l’atome.

Citer l’ordre de grandeur de la valeur de la taille d’un atome.

Comparer la taille et la masse d’un atome et de son noyau.

Établir l’écriture conventionnelle d’un noyau à partir de sa composition et inversement.

Capacités mathématiques : effectuer le quotient de deux grandeurs pour les comparer. Utiliser les opérations sur les puissances de 10. Exprimer les valeurs des grandeurs en écriture scientifique.

Le cortège électronique de l’atome définit ses propriétés chimiques.

Configuration électronique (1s, 2s, 2p, 3s, 3p) d’un atome à l’état fondamental et position dans le tableau périodique (blocs s et p).

Électrons de valence.

Déterminer la position de l’élément dans le tableau périodique à partir de la donnée de la configuration électronique de l’atome à l’état fondamental.

Déterminer les électrons de valence d’un atome (Z18Z \le 18) à partir de sa configuration électronique à l’état fondamental ou de sa position dans le tableau périodique.

Associer la notion de famille chimique à l’existence de propriétés communes et identifier la famille des gaz nobles. Familles chimiques.

Vers des entités plus stables chimiquement.

Stabilité chimique des gaz nobles et configurations électroniques associées.

Ions monoatomiques.

Établir le lien entre stabilité chimique et configuration électronique de valence d’un gaz noble.

Déterminer la charge électrique d’ions monoatomiques courants à partir du tableau périodique.

Nommer les ions : H+H^+, Na+Na^+, K+K^+, Ca2+Ca^{2+}, Mg2+Mg^{2+}, ClCl^-, FF^- ; écrire leur formule à partir de leur nom.

Molécules.

Modèle de Lewis de la liaison de valence, schéma de Lewis, doublets liants et non-liants.

Décrire et exploiter le schéma de Lewis d’une molécule pour justifier la stabilisation de cette entité, en référence aux gaz nobles, par rapport aux atomes isolés (Z ⩽ 18).

Approche de l’énergie de liaison.

Associer qualitativement l’énergie d’une liaison entre deux atomes à l’énergie nécessaire pour rompre cette liaison.

Compter les entités dans un échantillon de matière.

Nombre d’entités dans un échantillon.

Définition de la mole.

Quantité de matière dans un échantillon.

Déterminer la masse d’une entité à partir de sa formule brute et de la masse des atomes qui la composent.

Déterminer le nombre d’entités et la quantité de matière (en mol) d’une espèce dans une masse d’échantillon.

2. Modélisation des transformations de la matière et transfert d’énergie

L’objectif de cette partie est d’identifier et de distinguer les trois types de transformation de la matière, de les modéliser par des réactions et d’écrire les équations ajustées en utilisant les lois de conservation appropriées. Une première approche des énergies mises en jeu lors de ces trois types de transformations permet de montrer que l’énergie transférée lors d’une transformation dépend des quantités de matière des espèces mises en jeu.

L’étude des transformations chimiques, entamée au collège, est complétée par les notions de stœchiométrie, d’espèce spectatrice et de réactif limitant. L’analyse de l’évolution d’un système pour modéliser sa transformation chimique par une réaction illustre une démarche de modélisation au niveau macroscopique. Elle nécessite de mettre en place une démarche expérimentale rigoureuse pour passer :

  • d’une description des modifications visibles ;
  • aux espèces chimiques, présentes dans l’état initial et qui ont réagi ;
  • à celles, présentes dans l’état final et qui ont été formées ;
  • et enfin, à l’écriture d’une réaction rendant compte au mieux des changements observés au niveau macroscopique.

Pour que les transformations soient plus concrètes, des exemples provenant de la vie quotidienne sont proposés : combustions, corrosions, détartrage, synthèses d’arôme ou de parfum, etc.

Notions abordées au collège (cycle 4)

Transformations physiques : changement d’état, conservation de la masse, variation du volume, température de changement d’état.

Transformations chimiques : conservation de la masse, redistribution d’atomes, notion d’équation chimique, réactions entre espèces acides et basiques en solution, réactions d'une espèce acide sur un métal, mesure de pH.

A)Transformation physique

Notions et contenus

Capacités exigibles Activités expérimentales support de la formation

Écriture symbolique d’un changement d’état.

Modélisation microscopique d’un changement d’état. Transformations physiques endothermiques et exothermiques.

Énergie de changement d’état et applications.

Citer des exemples de changements d’état physique de la vie courante et dans l’environnement.

Établir l’écriture d’une équation pour un changement d’état. Distinguer fusion et dissolution.

Identifier le sens du transfert thermique lors d’un changement d’état et le relier au terme exothermique ou endothermique.

Exploiter la relation entre l’énergie transférée lors d’un changement d’état et l’énergie massique de changement d’état de l’espèce.

Relier l’énergie échangée à la masse de l’espèce qui change d’état.

B)Transformation chimique

Notions et contenus

Capacités exigibles Activités expérimentales support de la formation

Modélisation macroscopique d’une transformation par une réaction chimique.

Écriture symbolique d’une réaction chimique.

Notion d’espèce spectatrice.

Stœchiométrie, réactif limitant.

Transformations chimiques endothermiques et exothermiques.

Modéliser, à partir de données expérimentales, une transformation par une réaction, établir l’équation de réaction associée et l’ajuster.

Identifier le réactif limitant à partir des quantités de matière des réactifs et de l'équation de réaction.

Déterminer le réactif limitant lors d’une transformation chimique totale, à partir de l’identification des espèces chimiques présentes dans l’état final.

Modéliser, par l’écriture d’une équation de réaction, la combustion du carbone et du méthane, la corrosion d’un métal par un acide, l’action d’un acide sur le calcaire, l’action de l’acide chlorhydrique sur l’hydroxyde de sodium en solution.

Suivre l’évolution d’une température pour déterminer le caractère endothermique ou exothermique d’une transformation chimique et étudier l’influence de la masse du réactif limitant.

Capacité mathématique : utiliser la proportionnalité.

Synthèse d’une espèce chimique présente dans la nature.

Établir, à partir de données expérimentales, qu’une espèce chimique synthétisée au laboratoire peut être identique à une espèce chimique synthétisée dans la nature.

Réaliser le schéma légendé d’un montage à reflux et d’une chromatographie sur couche mince.

Mettre en œuvre un montage à reflux pour synthétiser une espèce chimique présente dans la nature.

Mettre en œuvre une chromatographie sur couche mince pour comparer une espèce synthétisée et une espèce extraite de la nature.

C)Transformation nucléaire

Notions et contenus

Capacités exigibles Activités expérimentales support de la formation

Isotopes.

Identifier des isotopes.

Écriture symbolique d’une réaction nucléaire.

Relier l’énergie convertie dans le Soleil et dans une centrale nucléaire à des réactions nucléaires.

Aspects énergétiques des transformations nucléaires : Soleil, centrales nucléaires.

Identifier la nature physique, chimique ou nucléaire d’une transformation à partir de sa description ou d’une écriture symbolique modélisant la transformation.

Mouvement et interactions

La mécanique est un domaine très riche du point de vue de l’observation et de l’expérience, mais aussi du point de vue conceptuel et méthodologique. Elle permet d’illustrer de façon pertinente la démarche de modélisation. Deux caractéristiques inhérentes à l’apprentissage de la mécanique méritent d’être soulignées :

  • d’une part l’omniprésence des situations de mouvement qui a permis d’ancrer chez les élèves des raisonnements spontanés, souvent opératoires mais erronés et donc à déconstruire ;
  • d’autre part la nécessaire maîtrise de savoirs et savoir-faire d’ordre mathématique qui conditionne l’accès aux finalités et concepts propres à la mécanique.

Ce thème prépare la mise en place du principe fondamental de la dynamique ; il s’agit en effet de construire un lien précis entre force appliquée et variation de la vitesse. Si la rédaction du programme est volontairement centrée sur les notions et méthodes, les contextes d'étude ou d’application sont nombreux et variés : transports, aéronautique, exploration spatiale, biophysique, sport, géophysique, planétologie, astrophysique ou encore histoire des sciences.

Lors des activités expérimentales, il est possible d’utiliser les outils courants de captation et de traitement d'images mais également les capteurs présents dans les smartphones. L'activité de simulation peut également être mise à profit pour étudier un système en mouvement, ce qui fournit l’occasion de développer des capacités de programmation.

Au-delà des finalités propres à la mécanique, ce domaine permet d'aborder l'évolution temporelle des systèmes, quels qu'ils soient. Ainsi, la mise en place des bilans est-elle un objectif important d’une formation pour et par la physique-chimie, en ce qu'elle construit des compétences directement réutilisables dans d’autres disciplines (économie, écologie, etc.).

Notions abordées au collège (cycle 4)

Vitesse (direction, sens, valeur), mouvements uniformes, rectilignes, circulaires, relativité des mouvements, interactions, forces, expression scalaire de la loi de gravitation universelle, force de pesanteur.

1. Décrire un mouvement

Notions et contenus

Capacités exigibles Activités expérimentales support de la formation

Système.

Échelles caractéristiques d’un système.

Référentiel et relativité du mouvement.

Identifier les échelles temporelles et spatiales pertinentes de description d’un mouvement.

Choisir un référentiel pour décrire le mouvement d’un système.

Expliquer, dans le cas de la translation, l’influence du choix du référentiel sur la description du mouvement d’un système.

Description du mouvement d’un système par celui d’un point. Position. Trajectoire d’un point.

Décrire le mouvement d’un système par celui d’un point et caractériser cette modélisation en termes de perte d’informations.

Caractériser différentes trajectoires.

Capacité numérique : représenter les positions successives d’un système modélisé par un point lors d’une évolution unidimensionnelle ou bidimensionnelle à l’aide d’un langage de programmation.

Vecteur déplacement d’un point. Vecteur vitesse moyenne d'un point.

Vecteur vitesse d’un point.

Mouvement rectiligne.

Définir le vecteur vitesse moyenne d’un point. Approcher le vecteur vitesse d'un point à l’aide du vecteur déplacement MM\overrightarrow{MM'}, où M et M’ sont les positions successives à des instants voisins séparés de Δt ; le représenter.

Caractériser un mouvement rectiligne uniforme ou non uniforme.

Réaliser et/ou exploiter une vidéo ou une chronophotographie d’un système en mouvement et représenter des vecteurs vitesse; décrire la variation du vecteur vitesse.

Capacité numérique : représenter des vecteurs vitesse d’un système modélisé par un point lors d’un mouvement à l’aide d’un langage de programmation.

Capacités mathématiques : représenter des vecteurs. Utiliser des grandeurs algébriques.

2. Modéliser une action sur un système

Notions et contenus

Capacités exigibles Activités expérimentales support de la formation

Modélisation d’une action par une force.

Modéliser l’action d'un système extérieur sur le système étudié par une force. Représenter une force par un vecteur ayant une norme, une direction, un sens.

Principe des actions réciproques (troisième loi de Newton).

Exploiter le principe des actions réciproques.

Vecteur déplacement d’un point. Vecteur vitesse moyenne d'un point.

Vecteur vitesse d’un point.

Mouvement rectiligne.

Définir le vecteur vitesse moyenne d’un point. Approcher le vecteur vitesse d'un point à l’aide du vecteur déplacement MM\overrightarrow{MM'}, où M et M’ sont les positions successives à des instants voisins séparés de Δt ; le représenter.

Caractériser un mouvement rectiligne uniforme ou non uniforme.

Réaliser et/ou exploiter une vidéo ou une chronophotographie d’un système en mouvement et représenter des vecteurs vitesse; décrire la variation du vecteur vitesse.

Capacité numérique : représenter des vecteurs vitesse d’un système modélisé par un point lors d’un mouvement à l’aide d’un langage de programmation.

Capacités mathématiques : représenter des vecteurs. Utiliser des grandeurs algébriques.

Caractéristiques d’une force. Exemples de forces :

  • force d’interaction gravitationnelle;
  • poids;
  • force exercée par un support et par un fil.

Distinguer actions à distance et actions de contact.

Identifier les actions modélisées par des forces dont les expressions mathématiques sont connues a priori.

Utiliser l’expression vectorielle de la force d’interaction gravitationnelle.

Utiliser l’expression vectorielle du poids d’un objet, approché par la force d’interaction gravitationnelle s’exerçant sur cet objet à la surface d’une planète.

Représenter qualitativement la force modélisant l’action d’un support dans des cas simples relevant de la statique.

3. Principe d’inertie

Notions et contenus

Capacités exigibles Activités expérimentales support de la formation

Modèle du point matériel.

Principe d’inertie.

Cas de situations d'immobilité et de mouvements rectilignes uniformes.

Cas de la chute libre à une dimension.

Exploiter le principe d’inertie ou sa contraposée pour en déduire des informations soit sur la nature du mouvement d’un système modélisé par un point matériel, soit sur les forces.

Relier la variation entre deux instants voisins du vecteur vitesse d’un système modélisé par un point matériel à l’existence d’actions extérieures modélisées par des forces dont la somme est non nulle, en particulier dans le cas d’un mouvement de chute libre à une dimension (avec ou sans vitesse initiale).

Ondes et signaux

1. Émission et perception d’un son

La partie « Acoustique » vise à consolider les connaissances de collège : des schémas explicatifs de l'émission, de la propagation et de la réception sont maintenant proposés. L’étude de la perception d’un son est l’occasion d'initier les élèves à la lecture d’une échelle non linéaire et de les sensibiliser aux dangers liés à l’exposition sonore.

Les domaines d’application sont multiples : musique, médecine, sonar, audiométrie, design sonore, etc. Les outils d’investigation tels que capteurs (éventuellement ceux d'un smartphone), microcontrôleurs, logiciels d’analyse ou de simulation d’un signal sonore, sont également très variés et permettent d’illustrer le caractère opérationnel de la physique-chimie.

Notions abordées au collège (cycle 4)

Vitesse de propagation. Notion de fréquence : sons audibles, infrasons et ultrasons.

Notions et contenus

Capacités exigibles Activités expérimentales support de la formation

Émission et propagation d'un signal sonore.

Décrire le principe de l’émission d’un signal sonore par la mise en vibration d’un objet et l’intérêt de la présence d’une caisse de résonance.

Expliquer le rôle joué par le milieu matériel dans le phénomène de propagation d’un signal sonore.

Vitesse de propagation d’un signal sonore.

Citer une valeur approchée de la vitesse de propagation d’un signal sonore dans l’air et la comparer à d’autres valeurs de vitesses couramment rencontrées.

Mesurer la vitesse d’un signal sonore.

Signal sonore périodique, fréquence et période. Relation entre période et fréquence.

Définir et déterminer la période et la fréquence d’un signal sonore notamment à partir de sa représentation temporelle.

Utiliser une chaîne de mesure pour obtenir des informations sur les vibrations d’un objet émettant un signal sonore.

Mesurer la période d’un signal sonore périodique.

Utiliser un dispositif comportant un microcontrôleur pour produire un signal sonore.

Capacités mathématiques : identifier une fonction périodique et déterminer sa période.

Perception du son : lien entre fréquence et hauteur ; lien entre forme du signal et timbre ; lien qualitatif entre amplitude, intensité sonore et niveau d’intensité sonore.

Échelle de niveaux d’intensité sonore.

Citer les domaines de fréquences des sons audibles, des infrasons et des ultrasons.

Relier qualitativement la fréquence à la hauteur d’un son audible.

Relier qualitativement intensité sonore et niveau d’intensité sonore.

Exploiter une échelle de niveau d’intensité sonore et citer les dangers inhérents à l’exposition sonore.

Enregistrer et caractériser un son (hauteur, timbre, niveau d’intensité sonore, etc.) à l’aide d’un dispositif expérimental dédié, d’un smartphone, etc.

2. Vision et image

La partie « Optique » vise à consolider le modèle du rayon lumineux, à introduire la notion de spectre et à montrer que les phénomènes de réflexion et de réfraction sont bien décrits par des relations mathématiques. Le programme propose également une première approche de la notion d’image d'un objet et de sa formation. De nombreux domaines d’application sont concernés : vision humaine, photographie, astrophysique, imagerie scientifique, arts graphiques et du spectacle. Cette partie du programme est source de nombreuses expérimentations démonstratives et quantitatives.

Notions abordées au collège (cycle 4)

Lumière : sources, propagation, vitesse de propagation. Modèle du rayon lumineux.

Notions et contenus

Capacités exigibles Activités expérimentales support de la formation

Propagation rectiligne de la lumière.

Vitesse de propagation de la lumière dans le vide ou dans l’air.

Citer la valeur de la vitesse de la lumière dans le vide ou dans l’air et la comparer à d’autres valeurs de vitesses couramment rencontrées.

Lumière blanche, lumière colorée. Spectres d’émission : spectres continus d’origine thermique, spectres de raies.

Longueur d’onde dans le vide ou dans l’air.

Caractériser le spectre du rayonnement émis par un corps chaud.

Caractériser un rayonnement monochromatique par sa longueur d’onde dans le vide ou dans l’air.

Exploiter un spectre de raies.

Lois de Snell-Descartes pour la réflexion et la réfraction. Indice optique d’un milieu matériel.

Exploiter les lois de Snell-Descartes pour la réflexion et la réfraction.

Tester les lois de Snell-Descartes à partir d’une série de mesures et déterminer l’indice de réfraction d’un milieu.

Dispersion de la lumière blanche par un prisme ou un réseau.

Décrire et expliquer qualitativement le phénomène de dispersion de la lumière par un prisme.

Produire et exploiter des spectres d’émission obtenus à l’aide d’un système dispersif et d’un analyseur de spectre.

Lentilles, modèle de la lentille mince convergente : foyers, distance focale.

Image réelle d’un objet réel à travers une lentille mince convergente.

Grandissement.

Caractériser les foyers d’une lentille mince convergente à l’aide du modèle du rayon lumineux.

Utiliser le modèle du rayon lumineux pour déterminer graphiquement la position, la taille et le sens de l’image réelle d’un objet plan réel donnée par une lentille mince convergente.

Définir et déterminer géométriquement un grandissement.

L’œil, modèle de l’œil réduit.

Modéliser l’œil.

Produire et caractériser l’image réelle d’un objet plan réel formée par une lentille mince convergente.

Capacité mathématique : utiliser le théorème de Thalès.

3. Signaux et capteurs

Les signaux électriques sont très présents dans la vie quotidienne. L’électricité est un domaine riche tant sur le plan conceptuel qu'expérimental, mais délicat à appréhender par les élèves car les grandeurs électriques ne sont pas directement "perceptibles". Aussi doit-on particulièrement veiller à préciser leur signification physique et à leur donner du sens, dans la continuité des enseignements du collège. Outre les principales lois, le programme met l’accent sur l’utilisation et le comportement de dipôles couramment utilisés comme capteurs.

Les champs d’application peuvent relever des transports, de l’environnement, de la météorologie, de la santé, de la bioélectricité, etc., où de nombreux capteurs associés à des circuits électriques sont mis en œuvre pour mesurer des grandeurs physiques et chimiques.

Le volet expérimental de cet enseignement fournira l'occasion de sensibiliser les élèves aux règles de sécurité et de les amener à utiliser des multimètres, des microcontrôleurs associés à des capteurs, des oscilloscopes, etc.

Notions abordées au collège (cycle 4)

Circuits électriques, dipôles en série, dipôles en dérivation, boucle, unicité de l'intensité dans un circuit série, loi d'additivité des tensions, loi d'additivité des intensités, loi d'Ohm, règles de sécurité, énergie et puissance électriques.

Notions et contenus

Capacités exigibles Activités expérimentales support de la formation

Loi des nœuds. Loi des mailles.

Exploiter la loi des mailles et la loi des nœuds dans un circuit électrique comportant au plus deux mailles.

Mesurer une tension et une intensité.

Caractéristique tension-courant d’un dipôle.

Résistance et systèmes à comportement de type ohmique.

Loi d’Ohm.

Exploiter la caractéristique d’un dipôle électrique : point de fonctionnement, modélisation par une relation U = f(I) ou I = g(U).

Utiliser la loi d’Ohm.

Représenter et exploiter la caractéristique d’un dipôle.

Capacités numériques: représenter un nuage de points associé à la caractéristique d’un dipôle et modéliser la caractéristique de ce dipôle à l’aide d’un langage de programmation.

Capacité mathématique : identifier une situation de proportionnalité.

Capteurs électriques.

Citer des exemples de capteurs présents dans les objets de la vie quotidienne.

Mesurer une grandeur physique à l’aide d’un capteur électrique résistif. Produire et utiliser une courbe d’étalonnage reliant la résistance d’un système avec une grandeur _d’intérêt (température, pression, intensité lumineuse, etc.).

Utiliser un dispositif avec microcontrôleur et capteur.